La fille du soleil

Marlène Jobert, la fille du soleil

Une femme-enfant irrésistible à la beauté émouvante : voilà Marlène Jobert, star des années 70 devenue conteuse pour enfants

Elle n’a pas eu le temps de désirer le cinéma qu’il la réclamait déjà, l’année de ses 26 ans : Jean-Luc Godard en personne, pour Masculin Féminin. Il a suffi d’une photo ; son androgynie, ses cheveux courts et ses taches de rousseur ont fait le reste. Elle, s’attend à vivre une relation passionnante avec Godard. Mais rien ! « Il était froid, distant, nous parlait à peine et nous traitait comme des objets qu’on déplace, se souviendra Marlène (…) Quant à Jean-Pierre Léaud, il avait l’air ailleurs, impénétrable. Lui non plus ne me parlait pas… » C’est que Marlène, complexée, maladivement timide, rescapée d’une enfance à la dure, a besoin d’un regard, d’une main tendue.

Une naissance du côté d’Alger, un prénom de star, celui de la Dietrich, et soudain le retour dans une France d’après-guerre, l’enfance grise au fin fond d’un village de Côte-d’Or : soixante-dix âmes, un froid tenace, les seaux d’eau qu’elle, l’aînée des cinq enfants, doit rapporter de l’abreuvoir, les engelures aux mains et aux pieds, et puis l’horizon bouché, le martinet d’un père militaire qui claque pour un rien. « Je ne veux pas jouer les Cosette mais quand même… »

Baisers du soleil

Heureusement, Marlène a pour elle un bon coup de crayon qui la conduit aux Beaux-Arts, et d’irrésistibles taches de rousseur, « des baisers du soleil« , lui murmure François, son premier amoureux. Sans soupçonner qu’elles feront d’elle une vedette, Marlène s’escrime à les camoufler, avec un fond de teint épais comme une colle à carrelage, ou à les effacer, avec des frictions redoutables au citron et au vinaigre. A 20 ans, elle est victime d’un terrible accident de voiture, une cicatrice de 13 cm lui barre le visage, les médecins poncent sa peau et voici que les maudites taches s’effacent. Furieuse de les avoir perdues, elle les redessinera une à une au crayon !

Marlène, ses baisers de soleil plein la figure, n’a d’autre vocation que d’être libre. « La boulangerie, la coiffure ou même l’agriculture… Fuir était mon seul but. » Guy, son petit frère de 12 ans, accède à cette liberté rêvée grâce à son accordéon, il se produit au sein de la troupe de l’armée de l’Air lorsque le sergent Taillefer demande à Marlène ce qu’elle veut faire plus tard : « Du dessin, et dire des poèmes, mais c’est tout ! » Et la voici invitée à monter sur scène pour jouer les diseuses. Une aisance, un charme certains, et l’aventure se poursuivra comme par enchantement au Conservatoire de Dijon, puis à Paris, rue Blanche, avant le Conservatoire. La bride est enfin lâchée. « Je n’en reviens pas d’avoir eu cette audace« , réalise-t-elle aujourd’hui.

« Des yeux à faire chavirer un paquebot »

Serveuse, baby-sitter, partenaire dans une école de danse pour petits vieux, figurante chez Zavatta… tous les jobs sont bons. Un soir, un copain du Conservatoire, Jean-Louis Trintignant, la présente à un de ses amis comédiens : « Des taches de rousseur et des yeux à faire chavirer un paquebot« , prévient-il. Le jeune homme est vif, rieur, brillant, agité par mille projets, il s’appelle Claude Berri, futur magnat du cinéma français.

Le grand amour. Jeune premier, il partage les planches avec Simone Signoret, laquelle propose à Marlène de passer une audition pour une pièce avec Yves Montand, Des clowns par milliers. La jeune actrice est choisie, pour le meilleur et pour le pire. Le pire, ce sera Montand, un « grand con (…), mufle et détestable. (…) Deux neurones, l’un pour être méchant, l’autre pour être bête« , écrira-t-elle. Du haut de ses 22 ans, elle avait refusé de coucher avec la star alors que, d’après Montand, elle n’était « même pas remarquablement belle« .

Une adorable peste

Louis Malle cherche une jeune fille coquette et délurée pour Le Voleur, entre Françoise Fabian et Bernadette Lafont. Marlène est choisie. Un comble : elle, si timide, dépourvue de toute confiance en soi et pas dégourdie. Un film en pousse un autre et Yves Robert la réclame pour Alexandre le bienheureux, avec Philippe Noiret. Un rôle important qui fait d’elle la révélation de l’année 1967, une gloire soudaine dont Noiret prend ombrage. Michel Audiard se lance dans Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages. Il la veut elle, avec son petit air mutin, dans le rôle d’une fofolle frivole et cupide. Marlène Jobert se lâche comme jamais, surjouant à plaisir les larmes et les cris d’une adorable peste. Un tournage récréatif entre un Audiard gouailleur et un Bernard Blier dont elle apprécie immédiatement « la truculence de gros chat gourmand« . Dès qu’une mignonne candide et rigolote se faufile dans un scénario, on sonne Marlène, qui sent déjà le piège se refermer, alors qu’elle aspire à des rôles plus dramatiques. Celui d’Anne dans L’Astragale tombe à pic. La très belle partition d’une jeune amoureuse tête brûlée ; dommage que le réalisateur, Guy Casaril, ne puisse s’empêcher de la filmer en petite tenue. Un cauchemar pour Marlène, tellement pudique.

Chaque rôle exige qu’elle se fasse violence et contredise sa nature. Ses complexes la paralysent. La première semaine de tournage du Passager de la pluie est un enfer, René Clément la défie, un combat à mains nues avant que s’établisse la confiance. Charles Bronson est le meilleur allié du monde, « ses yeux de chat vous scrutaient avec un tel magnétisme« , et Annie Cordy, dans le rôle de sa mère, est une partenaire aussi humble qu’attentive. Avec Lino Ventura dans Dernier domicile connu, ce ne sera pas la même danse… Parce qu’elle a d’abord décliné le rôle – sous prétexte que la production avait refusé de l’étoffer -, Ventura répète qu’elle est « une petite morveuse prétentieuse » et lui manifeste sur le plateau un mépris sincère. Dix ans plus tard, dans la rue, il l’étreindra de la façon la plus tendre : « Je sais… C’est ce con de producteur qui s’est mal conduit… » L’ardoise est effacée.

Quarante films

Les Mariés de l’an II, de Jean-Paul Rappeneau, avec Jean-Paul Belmondo (« un ami pour la vie« ), La Poudre d’escampette de Philippe de Broca avec Michel Piccoli (qui pas une fois ne la regardera dans les yeux), Catch Me a Spy avec Kirk Douglas, Le Bon et les Méchants avec Jacques Dutronc et Jacques Villeret, sous la houlette de Claude Lelouch (une inoubliable leçon de cinéma), le fameux Julie pot-de-colle (rôle-titre qui lui collera longtemps à la peau) ou Nous ne vieillirons pas ensemble, à supporter la cruelle ironie de Maurice Pialat… Les rencontres s’enchaînent, prestigieuses et exigeantes : « Je trouvais tout ce qui m’arrivait totalement naturel« , se souvient-elle. Elle ne s’étonne pas davantage que Claude Chabrol surgisse à Londres pour qu’elle accepte de tourner La Décade prodigieuse avec Orson Welles, Anthony Perkins et Michel Piccoli.

Tout semble acquis et facile, pourtant en elle rien n’est léger. Loin de son image de belle écervelée, Marlène n’a pas le talent de cultiver l’insouciance, elle est lourde de ses doutes. Elle attend que les réalisateurs la rassurent : une ambition illusoire. « J’en avais assez qu’on me propose si peu alors que j’étais prête à donner tellement« , regrette-t-elle. Le cinéma est en passe de ne plus être son monde. L’a-t-il jamais été ? « Un métier ingrat, injuste, cruel et très aléatoire (…) Je n’étais pas taillée pour cette existence-là. » Elle quitte le cinéma après quarante films, comme on se défait d’un amour mort. Elle retourne dans la vraie vie, élever ses jumelles (dont Eva Green, la future sensation hollywoodienne), et leur lit des contes créés sur mesure. Elle les publie, en vend 11 millions d’exemplaires, et s’éloigne de Paris pour se réinventer un monde rien qu’à elle, au cœur de la Normandie. Quatre écoles portent son nom – pas celui de l’actrice, celui de la conteuse. A 76 ans, elle rêve d’entendre dans la rue un gosse dire : « Moi, je vais à Marlène-Jobert ! »

A lire : Les Baisers du soleil de Marlène Jobert (Plon, 2014).

Résultat de recherche d'images pour "Les baisers du soleil"

Publicités

Dumbo is coming

Production is underway for the live-action reimagining of Disney’s Dumbo, directed by Tim Burton and starring Colin Farrell, Michael Keaton, Danny DeVito, Eva Green, Nico Parker and Finley Hobbins. In theaters in 2019.

Image may contain: 1 person, smiling, sky and outdoor

PRODUCTION HAS BEGUN ON THE LIVE-ACTION REIMAGINING OF DUMBO DIRECTED BY TIM BURTON !

BRITT VALERIO 

Oh My Disney Contributor

The news at D23 Expo 2017 is the gift that keeps on giving, and today we were all ears to hear that production has officially begun on the Tim Burton directed live-action reimagining of the 1941 classic, Dumbo. Yes. To. This! With the magic of Disney, the emotional heart of Dumbo’s story, and the iconic style of Tim Burton’s films, this movie is sure to be stunning. Today we learned more about the production and its cast and crew! Here’s what we know so far :

THE CAST

The all-star cast includes Golden Globe winner Colin Farrell, Golden Globe winner Michael Keaton, Emmy and Golden Globe winner Danny DeVito, BAFTA Award winner and Golden Globe nominee Eva Green, and introduces Nico Parker and Finley Hobbins, who we’ll look forward to seeing on the big screen for the very first time! We’ll also see the amazing talents of Roshan Seth, DeObia Oparei, Sharon Rooney, and Douglas Reith.

THE STORY

The story follows Holt Farrier (Colin Farrell), a former circus star and war veteran, who has been enlisted by circus owner Max Medici (Danny DeVito) to care for a newborn elephant with oversized ears. The baby elephant’s ears are a laughingstock and embarrassment to the already struggling circus. That is, until Holt’s children (played by Nico Parker and Finley Hobbins) discover that Dumbo can fly! Aerial artist Colette Marchant (Eva Green) and entrepreneur V.A. Vandevere (Michael Keaton) then swoop in to make Dumbo, the flying elephant, a star.

THE VISUAL EFFECTS

The lovable flying elephant, Dumbo, and many of his four-legged companions will be brought to life using state-of-the-art visual effects. And from what we know of past Tim Burton films like Alice in Wonderland, we imagine the visuals are going to be incredible!

THE CREATIVE TEAM

The creative team will include cinematographer Ben Davis (Guardians of the Galaxy), Academy Award-winning production designer Rick Heinrichs (Star Wars: The Last Jedi), the 4-time Academy Award-winning costume designer Colleen Atwood (Tim Burton’s Alice in Wonderland), editor Chris Lebenzon (Alice in Wonderland and Maleficent), and BAFTA Award-winning makeup artist Paul Gooch (Alice in Wonderland.) Ehren Kruger wrote the screenplay and will produce the film along with Katterli Frauenfelder, Derek Frey (Frankenweenie), and Justin Springer (TRON: Legacy). Nigel Gostelow is executive producer. What a fabulous crew! Here’s Tim Burton in an image that was just released :

THE RELEASE DATE

March 29, 2019. We. Can’t. Wait.

Filming will take place entirely in England, and we can’t wait to see how the world of Dumbo is brought to life !

We are so excited, we’ll be flying to see Dumbo when it comes to theaters! (And we’ll probably be bringing our tissues, because if this reimagining is anything like the animated classic, there will be tears !) How excited are you? Keep checking back here for more updates live from D23 Expo !

Filming is currently taking place in England, at Pinewood Studios (near London) and Cardington Studios (Bedford)

Article en français : Les Inrocks

Eva Green : Red carpet at Cannes 2017

Eva Green, vampire prédatrice de Roman Polanski
Thriller psychologique basé sur un roman de Delphine de Vigan
« D’apres Une Histoire Vraie » 📸


✨ Grâce et Majesté 


Eva Green inside the theater for the debut of Polanski’s film #Cannes70

Image may contain: 3 people


Souvenir #Cannes2017 🎬 #BasedOnATrueStory 💋

Image may contain: 1 person, closeup

Gorgeous Eva had fun  🎉🎊


Eva Green #Cannes2017 #Redcarpet 🎬



Tendresse 😍 😘 💋 😋 
Eva Green & Emmanuelle Seigner 
BIG BISOU – Les deux actrices, héroïnes sensuelles du dernier film de Roman Polanski, ont offert un moment de tendresse aux photographes samedi matin.


Photo de famille Based On A True Story by Roman Polanski with Vincent Perez, Emmanuelle Seigner, Eva Green


Le sourire d’Eva Green  📸🎬


Eva greets fans  in Cannes 2017

La pose

Image may contain: 1 person, smiling, sitting, sunglasses and outdoor

Eva Green Project

GOOD NEWS ! It came to the attention of Eva that she has talented and imaginative fans who are also writers. Eva has manifested an interest in reading good complex intense intricate stories that feel unique and has a good, strong, complex female character with an elaborate back story who is not necessarily a femme fatale or someone she has played on screen or on stage before. Eva Green Web will now start accepting literary works on behalf of her and her management.

Amateur and Professional Writers who wish to submit their manuscripts must agree, meet and accomplish the following guidelines 

  • Submissions can be the following:
    1. Full Length Novel
    2. Short Story
    3. Graphic Novel
    4. Spec Script (for consideration)
  • Submissions can be from any genre or time period.
  • All submitted works MUST BE original, brand new, high quality, non-fan fiction, and NEVER BEEN published on any medium or form. Excerpts (on paper or online) are considered published.
  • All submitted works MUST NOT use Ms. Green as a character.
  • All submitted works must be written in either English or French ONLY.
  • All submitted works MUST BE in PDF format and MUST CONTAIN the following

  1. Cover Page containing the Author’s Name and Title of the piece. Example : “CRACKS”, a novel by Sheila Kohler
  2. A Letter of Introduction on the submitted piece and author’s intention of submitting his/her piece. This page MUST include a paragraph acknowledging and attesting that the Author/Submitter is submitting his/her work voluntarily for consideration and has read, understood and agrees with the Guidelines and Terms & Conditions stated about the project on EvaGreenWeb.com.
  3. A short biography about the author. Biography page MUST NOT be more than 3 paragraphs and MUST NOT contain any of the author’s contact details.
  4. A one page synopsis/summary of the piece.

Failure to comply to these guidelines will result to non-forwarding of your work to Ms. Green or her management.


ALL SUBMITTERS/WRITERS MUST READ THE FOLLOWING DISCLAIMERS AND PROCLAMATIONS :

DISCLAIMER:

Submitter/Writers who submits their manuscripts fully understand, confirms and declares that EvaGreenWeb.com, its owners, associates or representatives or any person or persons on its behalf, are only acting as a channel in this project and has never ever solicited the Submitter/Writer in any way or any form whatsoever that can be construed as solicitation then, now and in the future. EvaGreenWeb.com being a sole channel is not obligated in any way to reply to inquiries after submission of any piece of work unless compelled so by Ms. Green or her management or for purely clarification purposes. Submitters understand that they own the copyright to their work and is taking a calculated risk in submitting their work to Ms. Green and her management through EvaGreenWeb.com.

CONFIDENTIALITY:

The terms of this project and all other information or knowledge (personal or otherwise) flowing from, to, and in between channels at any time shall be kept strictly confidential between all parties involved. Neither Party shall use any information received from the other or otherwise for personal or public use or gain. Any information obtained from or arising out of this project shall remain secured and confidential.
Submissions must be emailed to evagreenweboriginals@gmail.com

No deadline for submission has been set at the moment. For further inquiries, kindly fill up our contact form. Please include reference of your work (Author’s Name and Title of submitted piece).

Source : EvaGreenWeb(more and more involved and… official) 

Eva has sent a Greeting for EvaGreenWeb’s 13th Year Anniversary

Black and White Croisette

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, assis

Le nouveau film du réalisateur franco-polonais Roman Polanski, «D‘après une histoire vraie», adaptation du livre éponyme de Delphine de Vigan avec Emmanuelle Seigner et Eva Green, sera présenté hors compétition au 70e Festival de Cannes, qui se déroulera du 17 au 28 mai, ont annoncé jeudi les organisateurs.

Synopsis :

« Ce livre (Prix RENAUDOT 2015) est le récit de ma rencontre avec L.
L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais croiser. »Dans ce roman aux allures de thriller psychologique, Delphine de Vigan s’aventure en équilibriste sur la ligne de crête qui sépare le réel de la fiction. Ce livre est aussi une plongée au cœur d’une époque fascinée par le Vrai.Roman Polanski’s psychological thriller Based on a True Story (D’apres une histoire vraie) starring Eva Green, Emmanuelle Seigner and Vincent Perez has been selected to be part of the 70th annual Cannes Film Festival! The film, co-written by French director Olivier Assayas (Clouds of Sils Maria, Personal Shopper) with Mr. Polanski will be screened Out of Competition. Based on a True Story tells the story of the toxic relationship between a writer (Emmanuelle), whose life and mind are endangered by an obsessive admirer (Eva) as she goes through a tough period after the release of her latest book. The film is an adaptation of Delphine de Vigan’s critically acclaimed novel (winner of Prix Renaudot and Goncourt des Lyceens) of the same name.Mars Distribution will release the film in France with Sony Pictures Classics obtaining its North American distribution, while Lionsgate will release it internationally. The annual Cannes Film Festival runs from May 17 to May 28, 2017.

Eva avec le réalisateur

Delphine s’abandonne à L. sur la première photo de D’après une histoire vraie.

L’histoire suit Delphine, une romancière qui traverse un passage à vide après la parution de son dernier livre consacré à sa mère. Son chemin croise alors celui d’une jeune femme séduisante et intelligente qui semble la comprendre mieux que personne. Delphine s’attache à elle, se confie, s’abandonne. Mais la jeune femme est-elle venue combler un vide ou faire le vide ? Lui redonner du souffle ou lui voler sa vie ?

Eva avec Emmanuelle Seigner

Polanski’s Based on a True Story added to Cannes film festival lineup

Read here (English) : >>> https://lc.cx/wuL4 <<<


Remember… 2007

And 2014

Résultat de recherche d'images pour

Green 👑 of Hearts ❤️

Eva Green is involved in several social projects and environmental causes, with the aim of helping people in social vulnerability and too the environmental projects in Africa.

All these  information about them, are here, that’s worth knowing.

She narrated  bringing electricity to the poorest countries of in Africa. 

Image may contain: 2 people, people smiling, text and closeup

Here and here

Read  exclusive interview with Power:On founder, Tristan Kochoyan and learn more about this noble initiative by EvaGreenWeb !


Just before she was concerned with The Allambie Orphanage


But initiallly, she focused to saving Dylan son of one member of the Penny Dreadful family


 God save the Green 
Image may contain: 1 person


Power on, with Eva Green, le film

No automatic alt text available.
C’est avec grand plaisir que je partage avec vous le film promis, réalisé par Antoine Bretillard et raconté par Eva Green ! (I am thrilled to share the famous film, directed by Antoine Bretillard and narrated by Eva Green !)

Merci de soutenir dans ce combat pour l’accès universel à l’électricité. (Thank you for supporting this fight for universal electricity access)

Eva Green vous explique comment l’électricité a métamorphosé les villages les plus pauvres d’Afrique

Comme le dit un proverbe persan « la lampe de la pauvreté n’a pas de lumière », cela les millions de personnes qui vivent sans accès à l’électricité le savent bien. Face à la grande précarité énergétique du continent africain, la start-up Power:On s’est donné pour mission d’apporter l’électricité aux villages qui en ont le plus besoin. Dans un court métrage plein d’espoir réalisé par Antoine Bretillard, Eva Green nous raconte comment Louise et Tristan, fondateurs de Power:On, sont parvenus à éclairer la vie des habitants d’Igbérè, un petit village du Bénin.


L’AFRIQUE, UN CONTIENT EN SITUATION DE PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE

En Afrique, c’est une personne sur deux qui se voit encore privée d’électricité, ce qui représente 630 millions d’habitants. Au Bénin, 200 villages souffrent de ces conditions de vie très difficiles.

La journée les habitants travaillent dans les champs ou au village sous une chaleur écrasante, et une fois la nuit tombée, tout le monde va directement se coucher, sans pouvoir profiter du calme de la nuit pour avoir du temps à soi. Aucune activité n’est plus possible dans le noir, les boutiques doivent fermer et les enfants ne peuvent pas revoir leurs leçons, toute perspective économique, culturelle ou personnelle meurt avec le coucher du soleil.

Mais si l’absence d’électricité en Afrique entrave le développement des sociétés, il représente aussi un grave danger pour la santé humaine. Pour s’éclairer les habitants doivent avoir recours au charbon ou au kérosène dont les fumées toxiques tuent plus de 76 000 personnes par semaine, ce qui représente plus de victimes que celles du SIDA et du paludisme.


Des femmes au puit

POWER:ON : L’ACCÈS À L’ÉLECTRICITÉ POUR L’AFRIQUE

Pour Louise, co-fondatrice de Power:On, l’électricité est un levier destiné à sortir les personnes du chaos et de la pauvreté. C’est également ce que croit son co-fondateur Tristan pour qui l’électricité constitue la première étape dans l’amélioration des conditions de vie humaine.

L’électricité ouvre de nombreuses possibilités de développement qu’il s’agisse de l’économie, de la sécurité, de la santé, de l’éducation ou de la culture. C’est pourquoi la Start-up Power:On a décidé de s’investir pour que les villages les plus pauvres qui vivent de manière isolée, loin du réseau électrique, puissent avoir accès à l’électricité.


Tristan et Louise, les fondateurs de Power:On

UN COURT-MÉTRAGE SIGNÉ ANTOINE BRETILLARD

Déjà consacré à la cérémonie de Césars 2016 pour son documentaire « Demain », Antoine Bretillard nous offre ici un court métrage plein d’optimisme sur l’histoire d’Igbérè, un petit village de 3000 habitants qui est aujourd’hui approvisionné en électricité grâce aux actions de Power:On.

Après avoir travaillé avec Mélanie Laurent et Cyril Dion, Antoine Bretillard a confié la narration de son film à l’actrice Eva Green qui raconte avec espoir et empathie la renaissance du village suite à l’arrivée de l’électricité. Vibrant de réalisme, le court-métrage relaie les témoignages des habitants qui font état de leur épanouissement dans ce village en pleine mutation. Saisissante, la voie d’Eva Green se fait l’écho de cette superbe révolution.


Une soirée télévision à Igbérè

DE L’ÉLECTRICITÉ POUR IGBÉRÈ

Petit village isolé du Bénin, Igbérè se situe à environ 40 km du réseau électrique. Sans eau courante ni électricité, les habitants s’étaient résignés à vivre dans la pauvreté.

S’il reste beaucoup à faire pour la prospérité d’Igbérè, Power:On a construit une centrale électrique dotée d’un générateur industriel qui fonctionne au diesel, et un réseau de distribution. Les habitants peuvent désormais se connecter gratuitement au réseau et ne financent que l’électricité qu’ils consomment via des contrats prépayés. Voilà un an qu’Igbérè est alimenté en électricité, depuis la vie a changé au village.

Plus de 100 familles, entrepreneurs et services publics ont désormais accès à l’électricité. Les gens ont la possibilité de faire ce qu’ils veulent en rentrant chez eux le soir et les enfants peuvent travailler leurs leçons; ils ont déjà de meilleurs résultats scolaires. En parallèle, une habitante explique comment elle a augmenté son chiffre d’affaire, et acheté un réfrigérateur.

Si l’électricité a amélioré les conditions de vie des habitants et boosté le développement du village, elle leur a également permis de vivre une expérience culturelle inédite : le cinéma. Jean, employé chez Power:On, a construit un cinéma en plein air pour que les habitants puissent réfléchir, ressentir, et s’évader via de tout nouveaux supports, sous les étoiles.


Les enfants peuvent désormais faire leurs devoirs en rentrant à la maison

ET LA LUMIÈRE CONTINUERA D’ÊTRE…

Power:On compte bien continuer sa mission pour apporter l’électricité aux villages les plus pauvres.

Un habitant explique qu’« aujourd’hui quand quelqu’un vient de Parakou la nuit, il peut voir le village à distance ». Devenu un symbole d’espoir pour le reste du continent, le modèle d’Igbérè a vocation à se diffuser à travers l’Afrique sous l’action bienveillante de Power:On.

Maintenant que l’électricité est installée à Igbérè, Power:On voudrait aussi trouver des sources d’énergies renouvelables pour le village. En effet, passer au solaire permettrait aux habitants de bénéficier d’une électricité plus propre, moins chère et disponible 24h24. La startup lance donc un appel simple : si vous aimez le projet, inscrivez-vous gratuitement sur le site www.turnthepoweron.co. Power:On pourra alors compter sur une large communauté pour lancer une campagne de financement participatif !

Le film est accessible à tous . Merci de le partager au maximum, car son succès sera déterminant pour l’avenir de Power:On ! Tristan et son équipe ont plus que jamais besoin du soutien du grand public. (Thank you to share it as much as you can, because it’s success will determine Power:On’s future. More than ever, the team needs the support of the public)

Bonne écoute (Enjoy viewing) 

Les sous-titres français ou anglais peuvent être activés dans le lecteur. (English and French subtitles can be activated in the player.)

Merci de votre soutien (Thank you all)

De Tristan Kochoyan, fondateur de Power:On

Gemma Arterton

Gemma Arterton voulait arrêter le cinéma après Players avec Justin Timberlake et Ben Affleck

Bientôt dans
C’est la Britannique Chanya Button qui réalisera le film Vita and Virginia

Vita And Virginia Movie

Précédents articles : Ici, Ici et  (En français et/and English)

Les mauvaises expériences des acteurs au cinéma sont légion. Pour ces artistes, passer de films indépendants où il y règne une certaine liberté créatrice à de gros blockbusters aseptisés est parfois compliqué. La jolie anglaise Gemma Arterton en a fait les frais lors de son apparition dans le très oubliable Players. Pour son rôle d’amoureuse tiraillée entre Ben Affleck et Justin Timberlake, la belle rousse a vécu l’une des pires expériences de sa vie.

Gemma arterton

Elle revient plusieurs années après dans une interview où elle confie son mal-être sur le plateau :

« Ça m’a donné envie d’arrêter le cinéma. Purement et simplement. Le film ne me correspondait pas. Ce n’était pas le genre de films dans lequel j’aime jouer ou regarder. J’ai eu un moment où je me suis dit que j’ai tourné avec Stephen Frears, Arnaud des Paillières, et maintenant je fais des films d’action. Non pas que je n’en referais forcément jamais mais j’ai réalisé que ce n’était vraiment pas pour moi et je me suis donc tourné davantage vers le théâtre ».

Il est vrai que l’actrice a eu droit à son lot de blockbusters vides. Entre le Quantum of Solace, Prince of Persia ou Hansel & Gretel, on peut dire qu’elle a enchaîné les productions gros budget sans avoir de rôles à hauteur de son talent (oui on assume !).

daniel craig

Elle détonne légèrement dans cette mode où les acteurs enchaînent les films à 200 millions comme les films indépendants. Bon avec le recul, la Tamara Drew de Stephen Frears crache légèrement dans la soupe quand même. Parce que bon, si ses gros films sont moyens cinématographiquement parlant, ils lui ont permis de se faire connaître du grand public et ainsi l’orienter vers des films « qui lui correspondent plus ». C’est fou quand même les acteurs, ils ont tout pour eux mais ne sont jamais content.

Ca aurait été un énorme gâchis parce qu’elle est quand même douée Gemma… Elle est d’ailleurs attendue dans Vita & Virginia, avec Eva Green, et My Zoe, la prochaine réalisation de Julie Delpy. Sans oublier le très bon film de zombies The Girl With All the Gifts (retitré The Last Girl pour la France), enfin en salles chez nous le 28 juin.

Image 660421

SourceEcran Large by Alexis Vieille

Le site officiel de Gemma Arterton (Cliquez sur l’image)

Kids of The Allambie Orphanage Vietnam

Eva Green surprised the wonderful kids of @allambieorphanage with goodies from Penny Dreadful and Miss Peregrine’s Home For Peculiar Children ! The kids loved it so much that they posed for photos.

Thanks to Miss Suzanne Thi Hien Hook, Allambie Orphanage’s founder, for sharing the photos.

The Allambie Orphanage Vietnam, a UK registered charity, was set up in 2010 with the sole purpose to house, support and educate disadvantaged orphaned children within Vietnam. Its founder Suzanne Thi Hien Hook, a mixed raced (African American and Vietnamese) orphan herself, was abandoned by her mother and subsequently spent the first three years of her life in an orphanage in Saigon where she was mistreated not only because of her cultural heritage but also due to her abandonment.

In 2009, Suzanne visited an orphanage and connected with a child who was abandoned by her parents at the age of 7 years old. This young girl was in a large institute where she had been physically, sexually, emotionally abused and was denied the opportunity to go to school. The young girl’s dream was to go to school and become a tour guide. Shortly after returning to the UK, Suzanne made a life changing decision and in the span of six months, Suzanne sold all her worldly belongings, including her much loved shoe collection, and jumped on a plane with just a suitcase, laptop, and a vision to open up a safe house filled with love.

This house is now known as the Allambie Orphanage. Suzanne rescued the young girl from the poor care conditions she was in. Five years on, this young girl is healthy, happy and will be graduating from tourism management college. She has a family, love, care, support and continues to prosper. With the help of Allambie, she has achieved her dream. Over the last five years, Suzanne has single handedly built an orphanage that’s supporting and caring for 9 children who continue to prosper and enjoy and achieve in life.

Eva has been a great supporter of The Allambie Orphanage for years and if you would like more information on how you could make a difference and help Suzanne continue in making her home a place of love and opportunities.

Image may contain: 6 people, people smiling, indoor
The amazing kids of Allambie Orphanage in Vietnam has sent Eva a photo of themselves as a heartfelt thanks gift for her years of supporting 💝

Please visit www.allambie.co.uk.


Text written by EvaGreenWeb

Power on, with Eva Green

GET INVOLVED TO BRING ELECTRICITY
TO THE POOREST PEOPLE IN AFRICA

Power:On logo

💡 🌍 ❤️

Something BIG is Coming Soon. Sign up for early screenings.

Support , a startup bringing electricity to  !
Sign up with your email !

Let’s take action/Participons
(English and/et français)
https://en.turnthepoweron.co 


 Follow on Facebook


Across 36 African countries, just 2 in 5 people have access to a reliable supply of energy throughout the day, according to a new study by research network Afrobarometer.

Marred by insufficient capacity, poor reliability and high costs, the energy infrastructure in Africa is still problematic, with 25 nations in sub-Saharan Africa facing « a crisis, » according to The World Bank.
In some countries – Burundi, Chad, Liberia, Malawi and South Sudan – less than 10 percent of people have access to electricity at all.

Overall, 625 million people are without power in sub-Saharan Africa alone — that’s 68 percent of the population, according to the International Energy Agency.

Huge potential

The continent accounts for 13 percent of the world population, but only 4 percent of the energy demand. Africa is rich with fossil fuels and renewable resources, but they are not evenly distributed. Only 12 percent of people in Guinea, for example, have an electricity supply that works all the time compared to 100 percent of Mauritians. The 48 countries that make up sub-Saharan Africa generate roughly the same amount of power as Spain.



The rising cost of electricity means manufacture is slowing down, and limited access to electricity is affecting investment decisions and potential growth, according to KPMG.

For citizens this means regular blackouts, clinics left without the tools they need to save lives and vulnerable security systems. On average, only 69 percent of households that are connected to the grid, actually have electricity that works most or all of the time, Afrobarometer found.



How solar power lights up Africa

Major investments are underway. The World Bank’s Africa Energy project portfolio currently carries 48 projects totaling US$3 billion. Ugandan energy company Umeme is reportedly dedicating $80 million dollars to upgrading its network. And Kenya could house the largest wind farm in Africa if the 40,000 acre Lake Turkana Wind Power Project is completed. It’s not just institutions that are providing relief, but even wealthy individuals: Hip hop artist Akon announced plans to help provide electricity to some 600 million Africans without power in 2015. Akon Lighting Africa has now reportedly installed solar solutions in 14 African countries.

And finally, the world’s largest concentrated solar power plant was switched on in Morocco in February 2016, harnessing the power of the African sun.



Update 17/04/2017 : Film disponible/available ici