Cracks




¤ CRACKS – LA CRITIQUE 

  - Durée : 1h44mn

Sensuel et troublant, ce premier long-métrage de la fille de Ridley Scott offre à Eva Green un personnage en or. A découvrir absolument.

Thumbnail image for 52filmswomen.jpg

¤L’intrigue : Dans un pensionnat pour jeunes filles retiré du monde, Di et ses amies s’adonnent à des jeux fantaisistes, insolents et parfois cruels, encouragées par leur professeur de plongée, miss G, qu’elles idolâtrent.Miss G est une très belle femme, charismatique, cultivée, et pleine de surprises. Elle les fait rêver en leur contant ses nombreux voyages exotiques et ses liaisons passionnées. Fiamma, une nouvelle élève arrivée d’Espagne, vient bousculer le quotidien des jeunes filles et provoquer à son insu leur jalousie. Cette belle aristocrate, éprise de liberté, captive entièrement l’attention de Miss G au grand désarroi de Di et sa bande. Pourtant, lorsque Miss G tente de gagner les faveurs de Fiamma, à la fois fascinée et attirée par elle, celle-ci la rejette.Miss G perd alors le contrôle d’elle-même et déclenche une série d’événements tragiques qui fera perdre leur innocence aux jeunes filles.

¤ L’avis : Héritant du talent visuel de son père, la jeune réalisatrice Jordan Scott, fille de Ridley, n’a sans doute pas encore développé son sens de la mise en scène. Elle peut toutefois se targuer d’avoir réalisé un très beau premier film, à la fois classique dans sa forme et plutôt audacieux dans son propos. Forcément étiqueté « film de femmes » par l’absence quasi-totale de personnage masculin, Cracks ne doit pourtant aucunement rebuter le public chargé à la testostérone. Effectivement, le métrage trouve sa voie dans une description très juste d’un univers confiné, ici une grande école britannique vouée à l’éducation des jeunes filles de bonne famille. Au sein de ce microcosme où règnent l’hypocrisie et le mensonge, nous faisons connaissance avec un groupe de jeunes filles obéissantes et naïves, totalement admiratives de leur professeur de sport, une femme moderne à l’autorité naturelle qui ose bousculer les conventions.

Si le film penche tout d’abord vers une version féminine du Cercle des poètes disparus, il s’oriente très rapidement vers un chemin moins conventionnel. Avec l’intrusion d’un élément extérieur, ce petit monde clos va peu à peu se craqueler et révéler la vraie nature de cette prof si populaire. Grâce au jeu nuancé d’Eva Green, le spectateur prend conscience des désirs de ce personnage sexuellement frustré, mais aussi de ses nombreuses zones d’ombre psychologiques. Au fur et à mesure, l’ambiance devient de plus en plus irrespirable, avant de s’enfoncer corps et âme dans la tragédie pure et simple. Porté par un casting impeccable, de superbes éclairages et une musique sensuelle et troublante de Javier Navarrete, Cracks vaut vraiment le détour et s’impose comme une première œuvre furieusement attachante. Ne vous laissez donc pas influencer par les apparences et allez vous inscrire dans cette école de jeunes filles, bien plus ambiguës qu’elles ne paraissent au premier abord.

JPEG - 56.2 ko

En vente sur : Amazon

Publicités