Be Yourself

Energie, ambition, autonomie, sont les atouts qui font de toi une
Véritable gagnante, n’ayant pas peur d’innover tu sais voler
Au-dessus des problèmes qui jamais ne t’empêchent de réussir

Publicités

 A victim of a Catholic conspiracy ? …

Why didn’t The Golden Compass movie work?

We live in an age of franchises. This year alone brings no fewer than four movies and two new television shows based on Marvel superheroes, as well as the third new Star Wars movie in as many years. The hunger for franchises is so deep, even unconnected properties like old Universal monster movies were being hastily stitched together in hopes of kickstarting a new cinematic universe. (It didn’t.) It’s interesting, then, to look back at franchises that didn’t materialize — such as Philip Pullman’s His Dark Materials book trilogy (consisting of The Golden Compass, The Subtle Knife, and The Amber Spyglass). As we approach the 10th anniversary of New Line’s The Golden Compass film, which coincidentally matches up with Philip Pullman launching a new companion series to His Dark Materials, it’s worth asking: Why didn’t this dark and principled fantasy saga become pop culture’s next big franchise ?

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes debout
Read here

On paper, the cast seems almost perfectly suited to their roles. Daniel Craig, Nicole Kidman, and Eva Green seem like the literal living embodiments of the Arctic explorer Lord Asriel, the enigmatic manipulator Mrs. Coulter, and the witch queen Serafina Pekkala. Dakota Blue Richards made her debut in the film as protagonist (and daughter of Asriel and Coulter) Lyra Belacqua, and capably captures Lyra’s imaginative wit. But after that, things start to fall off. Casting Sam Elliott as Lee Scoresby is a little too on-the-nose, taking the Texan aeronaut so far into the banalest Texas stereotypes that he never feels like a real character. Worse than that, Ian McKellen is a strange fit for the armored polar bear Iorek Byrnison. McKellen was actually recast in the role by New Line against Chris Weitz’s wishes (the director had originally cast British theater actor Nonso Anozie), and you see the studio straining for The Golden Compass to be another The Lord of the Rings. But it’s hard to take McKellen seriously as a noble warrior when everyone already associates his voice with the wise wizard Gandalf. Christopher Lee is also in the movie for some reason, playing a vaguely Saruman-like church bureaucrat, for all of like five minutes.

There were other indications that New Line wanted the movie to be something it wasn’t. Though Pullman has claimed (especially around the movie’s release) that His Dark Materials is not a specific critique of the Catholic Church, it’s hard to think otherwise. Lyra’s world is dominated by a powerful theocracy, known in the movie solely as “the Magisterium” but referred to as “the Church” quite often in Pullman’s books. The main plot of The Golden Compass involves church officials committing monstrous abuses against children. Though the massive Catholic sex-abuse scandal is now something that can be openly discussed on shows like Netflix’s The Keepers and Oscar-winning movies like Spotlight, it wasn’t like that when Pullman was writing his books. So the author addressed the issue (which is at the center of his novels’ critique of corrupt religious orthodoxy) from a sideways angle. His fantasy world imagined everyone having “daemons” that embodied their inner essence in the form of animal companions.

The main plot of The Golden Compass focuses on agents of the church systematically kidnapping children and forcibly tearing them from these daemons. Since the daemons stand in not just for characters’ personality but also their sexuality, this is a pretty subtle metaphor for priest child abuse. But since The Golden Compassdoesn’t even say “the church” once, the story’s central metaphor becomes almost incomprehensible. Despite New Line’s attempts to dial down the religious critique, the movie was still protested by organizations like the Catholic League; years later, best picture winner Spotlight renewed a global conversation about abusive priests and was met with near-universal praise.

Maybe the timing was just off in general. The Golden Compass arrived at the end of 2007, just a few months before the one-two punch of Iron Man and The Dark Knightwould kickstart the golden age of superhero movies and further center Hollywood filmmaking around pop-culture franchises. Two years later, in fact, director Chris Weitz would steer the first Twilight sequel, New Moon, to more than $700 million at the box office. Perhaps the difference in success there highlights one big reason that The Golden Compass didn’t take off: It’s not quite YA, the genre that has dominated millennial pop culture nearly as much as superheroes. Twilight was a fixture of teen culture not just because it had monsters in it but also because it conjured a riveting love triangle of young people that felt real to fans. By contrast, The Golden Compass focuses on children. Though Lyra is undoubtedly charming in the way she outwits even the most calculating adults, she’s focused more on saving her friends and retaining her own youthful imagination than she is deciding what romantic partner to choose or what classes to take. After all, Harry Potter became a cultural behemoth (and remains so, years after the original series’ conclusion) because it presented a magical, idealized version of school experiences that were relatable to anyone who’s ever attended high school or college. His Dark Materials has fascinating metaphors too, and understanding them explains Pullman’s focus on child characters. But since the film adaptation mostly blunted the story’s sharp edges, The Golden Compass lost much of the darkness that makes it what it is.

Though The Golden Compass kept most of the book’s plot intact (with the aforementioned reductions and dial-downs), it made one big change to the ending. The film ends with Lyra in her friends sailing off in Scoresby’s hot-air balloon, eager to reconnect with her father and save the world from the church’s evil plots. That is not how the book ends. In Pullman’s novel, Lyra and her friend Roger (Ben Walker) make it to Asriel’s keep, where they soon find out he isn’t much more scrupulous than his enemies. Asriel kills Roger in order to open a portal to another world, a brutal move that haunts Lyra for the rest of the series, and shows that the books’ central struggle is not as clear-cut good-vs.-evil as, say, The Lord of the Rings. That moral grey area is not a balance Hollywood is good at striking, especially these days. After years of dark, gritty, and violent superhero movies, we’re now swinging all the way around back to the colorful, playful fare of Thor : Ragnarok and Spider-Man: Homecoming. There’s never an in-between, but that between space (between adults and children, between humans and God, between this world and the next) is where His Dark Materials lives.


Vatican slams blockbuster The Golden Compass as ‘anti-Christian’

Thankfully, this may not be the last time we see The Golden Compass on screen. Harry Potter and the Cursed Child playwright Jack Thorne has plans to adapt His Dark Materials for television, which might better fit the length and complexity of Pullman’s saga. Though there’s not much information yet, here’s hoping that the next attempt at adaptation better appreciates the book’s strengths.

La même tribu

Eddy Mitchell

Découvrez le nouveau titre d’Eddy Mitchell qui préfigure la sortie d’un nouvel album le 10 novembre prochain.


A 75 ans, le chanteur s’apprête à sortir un disque de duos avec un casting prestigieux et donne des nouvelles de son pote Johnny Hallyday.

Johnny Hallyday, Laurent Voulzy, Pascal Obispo, Alain Souchon, Julien Clerc, Renaud, Christophe, Sanseverino, Maxime Le Forestier, Michel Jonasz, Arno, Calogero, Brigitte, Jacques et Thomas Dutronc, William Sheller, Laurent Gerra… Ce n’est pas la prochaine affiche des Enfoirés, mais l’impressionnant casting de la nouvelle chanson d’Eddy Mitchell, «La même tribu», et du clip que vous pouvez découvrir ci-dessous


Pour découvrir son site cliquez sur l’image

Cette chanson inédite est un clin d’oeil d’ Eddy Mitchell à ses amis. « Un remerciement », dit-il. Dans les couplets, il leur fait chanter le titre d’un de leurs succès, «Quelque chose de Tennesse» pour Johnny, «Foule Sentimentale» pour Souchon, «En Apesanteur» pour Calogero, «Lucie» pour Obispo…

«La même tribu», que son fidèle Pierre Papadiamandis a composée, donne son nom à un album de reprises qui sortira le 10 novembre. A 75 ans, Eddy Mitchell y a réuni en duo sur ses propres classiques la plupart des monuments de la chanson française. Joint au téléphone ce jeudi à Ibiza, où il soigne une grosse angine, le crooner nous a donné plus de détails sur ce projet et quelques nouvelles de Johnny après leur tournée commune «Les Vieilles Canailles».

La victoire musclée

On continue avec la saga Jobert, cette fois nous allons nous intéresser à un champion

image

 Le fils de la très célèbre chanteuse-actrice Elsa Lunghini

Coach sportif mais avant tout spécialiste des sports de combat, Luigi Kröner, le fils de la chanteuse Elsa Lunghini, est un véritable champion. En janvier 2017 il a  décroché un nouveau titre de champion de kick-boxing.

Le sportif de 23 ans désormais a décroché une nouvelle distinction amplement méritée…

Luigi Kröner n’en finit plus de cumuler les succès dans le monde du sport. Le fils de l’actrice et chanteuse Elsa Lunghini peut déjà se targuer d’avoir parcouru un sacré bout de chemin, et ce n’est que le début ! En 2010, il avait notamment été sacré champion de France de kick-boxing avant de devenir champion de France de pancrace en 2012.

Elsa Lunghini doit être très fière de son fiston, Luigi, fruit de ses amours avec le musicien, Peter Kröner. A 22 ans,  est un jeune adulte accompli. Il arrive à concilier vie professionnelle et sa passion pour les sports de combat. Luigi Kröner propose ses services aux particuliers pour devenir leur coach sportif et les initier ou approfondir leur pratique des arts martiaux comme le kick-boxing, le MMA ou encore le full contact. Le fils d’Elsa donne également des cours à de jeunes pratiquants dans son club de la banlieue parisienne à Evry.

S’il passe encore régulièrement des castings pour des rôles au cinéma, celui dont le papa n’est autre que le musicien allemand Peter Kröner privilégie surtout les championnats et autres compétitions. Lorsqu’il n’est pas sur le ring, il profite également de son temps libre pour entraîner ceux qui chercheraient à découvrir sa passion. Coach sportif accompli dans les arts martiaux, il compte parmi ses clients de nombreux débutants, mais également des amoureux de sport et des comédiens qui souhaiteraient s’entraîner pour les besoins d’un film. « Vous voulez vous préparer pour un rôle spécifique (combats, fitness ou musculation), rester ou vous remettre en forme ? N’hésitez pas à me contacter, nous mettrons en place ensemble un programme de séances adaptées pour vos tournages et castings« , peut-on ainsi lire sur son site internet officiel.

Le 15 janvier, c’est pour annoncer une excellente nouvelle que Luigi Kröner s’est saisi de son compte Instagram. Le jeune homme a en effet révélé avoir récemment été sacré champion d’Île-de-France de kick-boxing pour la saison 2016-2017.


Au début du mois, Elsa Lunghini s’était confiée pour évoquer son fils avec beaucoup de tendresse. « Dès que je dois me préparer pour un rôle ou effacer le résultat de quelques excès, je l’appelle. Je suis très fière de lui« , avait-elle glissé, ajoutant qu’elle avait néanmoins « peur » de le voir sur le ring. « C’est pour ça que je ne vais plus voir ses combats depuis qu’il est ado. Tant qu’il était petit et que ça restait gentil, ça allait. Une fois qu’il a grandi, l’état d’esprit des matchs a changé, j’ai préféré éviter, même si je suis ses résultats. Je lui dis juste de faire attention. » Des conseils avisés qui ont une nouvelle fois porté leurs fruits…

Image associée

Au vert avec Eva Green !

Eva Green au festival de Cannes en 2017 lors de la projection du film "D'après une histoire vraie" de Roman Polanski

Elle est sans doute l’une de nos actrices françaises les plus connues à l’étranger. James Bond girl dans « Casino Royal », femme fatale dans « Sin City 2 » et nouvelle muse de Tim Burton, c’est chez Roman Polanski qu’on la retrouve aujourd’hui dans « D’après une histoire vraie ». Eva Green est l’invitée d’Augustin Trapenard.

 Dans « D’après une histoire vraie », adapté du roman de Delphine De Vigan, Eva Green joue les admiratrices dévouées, mystérieuses et inquiétante aux côtés d’Emmanuelle Seigner. Un personnage vampirisant, quelque part entre le fantasme et le fantôme, à travers lequel s’incarne nos angoisses et nos vertiges.

Ici en cliquant sur l’image

 English translation this interview soon, be patient folks 🙂 

Marlène Jobert, la mutine

Par Aurore Rousset pour Marie Claire

Revenue d’Algérie avec ses parents et ses 4 frères et sœurs, la jeune fille décide de suivre des études au Conservatoire de Dijon, tout en suivant un cursus aux Beaux-Arts. Désirant se perfectionner, elle monte à Paris suite au décès de ses parents, pour suivre une formation au Conservatoire. En guise de petits boulots, elle pose pour des photographes et fait office de figurante pour diverses productions cinématographiques. Son joli minois plein de taches de rousseur ne passe déjà pas inaperçu.

Une carrière commencée sur les planches

Marlène Jobert fait ses débuts au théâtre, et commence dans la pièce « Le timide au palais » en 1962. Elle poursuit dans cette voie en côtoyant le comédien Yves Montand dans « Des clowns par milliers ». De cette expérience, la jeune femme gardera un mauvais souvenir de l’acteur, qu’elle qualifie de « grosse déception ». « Je provoquerai certainement des froncements de sourcils, mais ce n’est pas l’artiste que je remets en cause, c’est l’homme » dira-t-elle dans son autobiographie.

C’est à l’âge de 23 ans qu’elle se retrouve sous les feux des projecteurs, séduisant le réalisateur Jean-Luc Godard grâce à sa jolie frimousse et ses beaux yeux clairs. Le réalisateur désire engager la jeune comédienne pour « Masculin Féminin », film sorti en salle en 1966. Pour cette première expérience, elle côtoie des grands noms du monde du show-business, tels que Brigitte BardotFrançoise Hardy ou encore Jean-Pierre Léaud. Ce premier rôle lui permet de se faire connaître, mais elle accède réellement à la célébrité en 1967, dans « Le Voleur », de Louis Malle. Cette fois, elle a pour partenaire Jean-Paul Belmondo. Le succès se poursuit avec, l’année suivante, la sortie du film « Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages » de Michel Audiard, film en adéquation avec physique mutin, et l’année d’après, celle de l’Astragale.

Années 1970 : une période faste 

Les années 1970 sont les plus belles pour Marlène Jobert, qui enchaîne les tournages à un rythme effréné. Successivement, elle tourne pour José Giovanni, René Clément, Claude Chabrol ou encore, Jean-Paul Rappeneau. En parallèle, elle décide de se diversifier, et devient, en plus de sa carrière d’actrice, productrice. Sa société MJ (comme ses initiales) produit quelques-uns de ses films tels que « Pas si méchant que ça » et « Juliette et Juliette ».

Années 1980 : la fin du jeu

Les années 1980 se révèlent moins chargées pour la comédienne, qui a décidé de se consacrer à sa vie personnelle. Autrefois compagne de Claude Berri, elle se marie au chirurgien-dentiste suédois Walter Green, et donne naissance à des jumelles, Joy et Eva Green, cette dernière menant une brillante carrière d’actrice. Bien décidée à se diversifier, Marlène Jobert se lance également dans la chanson, et est à l’origine entre 1985 et 1988 de plusieurs succès. « C’est un éternel besoin d’amour », « Je ne pense qu’à toi », ou encore, « Hey, Amore » !, sont de grandes réussites. Lasse, elle s’éloigne de plus en plus du monde du show-business, ne tournant que 6 films dans les années 1980. Elle tournera son dernier long-métrage en 1989, « Les Cigognes n’en font qu’à leur tête », et apparaîtra dans quelques téléfilms par la suite, pour claquer définitivement la porte du cinéma en 1998.

Eva’s mother 

De comédienne à écrivain à succès 

Depuis, la comédienne âgée de 77 ans (NDLR le 4/11) s’est réinventée une carrière d’auteur de livres pour enfants. Très populaires, ses contes – qui se sont écoulés à plus de 11 millions d’exemplaires- sont traduits en chinois, et quelques établissements scolaires portent le nom de Marlène Jobert.


Marlène Jobert

Marlène Jobert

Marlène Jobert et Jean-Paul Belmondo

Marlène Jobert

Marlène Jobert et Isabelle Hupert

Marlène Jobert

Marlène Jobert
Marlène César d’honneur en 2007

Ses derniers contes sortent en librairie ce 02/11/2017

Voir l’article en cliquant sur l’image ci-dessus 

 

Sergent Florence Cassel

Today's the last day of filming on #deathinparadise7  We've been working for five long months, far from home, friends, family and loved ones. I am exhausted but happy and proud of the team. Good job e

1) Joséphine est née dans une famille d’artistes

Son nom de famille vous dit quelque chose ? Eh oui, Joséphine Jobert est bien la nièce de Marlène Jobert ! Elle est aussi la cousine de l’actrice Eva Green et de la chanteuse Elsa Lunghini. Son papa Charles Jobert est un grand directeur de la photographie, sa maman, Véronique Mucret Rouveyrollis, chanteuse, scénariste et réalisatrice a des origines martiniquaises, espagnoles et chinoises. Joséphine joue d’ailleurs dans le film le plus récent de celle-ci, Paroles, sorti au cinéma en 2013.

2) C’est au Canada que sa carrière a commencé

Joséphine Jobert a 12 ans, en 1997, quand ses parents s’installent à Montréal. Là-bas, elle suit des cours de théâtre, entre dans une école de musique et apparaît dans des clips et des webséries. En 2005, elle a 20 ans et décide de tenter sa chance en France.

3) Elle a la chance de tourner souvent au soleil

Depuis 2007, et son rôle d’Amel Habib dans les trois premières saisons de la série Nos années pension sur France 2, Joséphine Jobert  n’a pas cessé de tourner. Si elle a fait de brèves apparitions dans Mes amis, mes amours, mes emmerdes… et dans Alice Nevers : le juge est une femme, elle est surtout associé aux séries ensoleillées. Elle joue Alice dans Foudre, tournée en Nouvelle-Calédonie, Roxane dans Sous le soleil de Saint-Tropez, Victoire dans Cut !, tournée à La Réunion, ou Kannelle dans Villa Karayib, série de Canal+ Antilles, pas encore diffusée en Métropole. Sans oublier, bien sûr, le sergent Florence Cassel qu’elle occupe depuis la saison 4 de la série franco-britannique Meurtres au Paradis. Les dernières productions sont tournées à la Guadeloupe, où elle passe une partie de l’année.

4) Elle aurait aimé travailler avec les chevaux

Le choix du métier de comédienne s’est fait « naturellement, c’était ancré en moi », confie-t-elle dans une interview. Mais les sports équestres sont une autre de ses passions. Elle se serait bien vu dresseuse pour le cinéma. Joséphine Jobert a d’autres cordes à son arc : elle pratique la danse, les sports de combat et elle chante. Elle a d’ailleurs enregistré les trois albums de la série Nos années pension avec Lilly-Fleur Pointeaux.

5) Elle a été reconduite dans Meurtres au paradis

Sara Martins qui jouait le sergent Camille Bordey dans la série franco-britannique disparaît à la fin de l’épisode 4 de la saison 4. En revanche, Joséphine Jobert, qui la remplace, s’est investie dans le tournage de cette série. Non seulement pour la saison 5, mais la série a été renouvelée, une septième vient même d’être finie de tourner en Guadeloupe à Deshaies.

Sur le tournage #deathinparadise7 

L’image contient peut-être : 1 personne, plein air

L’image contient peut-être : 1 personne, sourit, gros plan et plein air

L’image contient peut-être : 6 personnes, personnes souriantes

L’image contient peut-être : 1 personne, gros plan

L’image contient peut-être : 1 personne, gros plan et plein air


Photos tirées de sa page facebook 

LE JOUET MAGIQUE DE SAINT-PÉTERSBOURG

Mis en voix par Marlène Jobert, ce nouveau conte
est publié aux éditions Glénat livre. (Sortie le 02/11/2017)

Une aventure fantastique racontée par Marlène Jobert, qui nous emmène en Russie, dans la ville magique de Saint-Pétersbourg !

Marlène Jobert nous raconte ici l’histoire étonnante d’une jolie petite poupée russe. Appartenant à une riche petite fille malheureuse, elle se trouve vite délaissée. Un jour, la poupée s’envole par la fenêtre et découvre un monde inconnu pour elle. Un chien affectueux la trouve et la ramène chez lui, où vit Igor et son grand-père, violoniste.

Commence alors un parcours initiatique pour la petite poupée qui devient vivante au fil des pages. Marlène Jobert a ainsi voulu faire comprendre aux enfants que la richesse matérielle n’a pas de sens si elle est vécue sans amour…

Une histoire tendre et poétique écrite et racontée par Marlène Jobert. Illustrée avec talent par Claire Degans, elle est accompagnée de courts extraits musicaux des plus grands compositeurs russes : Tchaïkovski, Rachmaninov, Moussorgski, Borodine et Rimski-Korsakov.

Informations :

 

Editeur : Glénat
Genre : Jeunesse A propos de Marlène Jobert
Année : 2017
Acheter : fnac partager sur facebook, twittter et myspace
Acheter : amazon
Actu-litteraire : Ali baba et les 40 voleurs de Marlène Jobert Actu-litteraire : Ali baba et les 40 voleurs de Marlène Jobert Actu-litteraire : Ali baba et les 40 voleurs de Marlène Jobert
Biographie

 

Qui est Marlène Jobert ?

Auteur pour la jeunesse depuis plus de 15 ans, Marlène Jobert se voit aujourd’hui couronnée d’un succès exceptionnel en librairie avec plus de 11 millions de contes vendus toutes collections confondues

Avec Marlène Jobert les contes ne vont pas sans musique ! Elle fait même partie intégrante de l’intrigue… Des berceuses comme les chansons douces de Câlinoux de Loups aux contes musicaux, initiation aux plus grands compositeurs de musique classique, jusqu’à la collection Un jour tout là-bas… où les enfants découvrent les peuples et les musiques du monde entier, les contes écrits et racontés par Marlène Jobert sont une invitation au rêve et au voyage !

A paraitre même date